• Renai Cense

Paillages et invasions de limaces : que faire ?

Pailler le potager présente de nombreux avantages :

- une protection du sol contre les rayons directs du soleil, le vent, etc.

- une réduction de l'enherbement

- le maintien de l'humidité du sol, surtout en conditions de sécheresse

- la présence de matière organique peu à peu décomposée par les microorganismes du sol et qui enrichit les parcelles



Mais mais mais...

Le paillage favorise aussi les populations de limaces et escargots en leur fournissant des lieux humides et abrités des prédateurs, juste au pied de nos chers et tendres fleurs et légumes !



Issus, à l'origine, des fonds marins, les gastéropodes sont très sensibles à la déshydratation. Leur peau est perméable, si bien qu'ils évitent à tout prix la chaleur et surtout les rayons du soleil qui les déssècheraient... sur pied ("-pode"). Par ailleurs, cette peau extrêmement fragile doit être humectée pour qu'ils puissent se déplacer. En temps humide, ils glissent tous seuls mais sur des surfaces sèches et surtout rugueuses, les gastéropodes émettent des quantités énormes de mucus, coûteuses en eau. Finalement, toute leur activité dépend de l'eau, et en conditions très sèches, ils "hibernent" comme lorsqu'il fait trop froid en hiver.



Le paillage fournit quantités de matières organiques mortes, justement adorées par nos gastéropodes qui sont de vrais estomacs ("gaster-") sur pattes. Leur mission première au jardin : le recyclage ! Et elle est vraiment utile, car ils évitent la propagation de maladies et participent à la nutrition des plantes. Super !... sauf quand les populations deviennent trop importantes et qu'elle "dérapent" sur les plantes encore en bonne santé. Là est finalement tout le problème.



Alors, que faire ?


Au printemps, vous pouvez enlever le paillage, momentanément, afin de laisser le sol se réchauffer et éviter de favoriser les limaces affamées qui sortiront de leur cachette d'hiver ou de leurs oeufs, aux premières douceurs. Les prédateurs seront à l'affût, et elles auront bien du mal à trouver un endroit où s'installer durablement !


Par la suite, ne renoncez pas au paillage, à moins d'être vraiment, littéralement, envahis, au point que toute tentative de culture se réduit à l'échec (ça arrive :( ). Alors, ne mettez le paillage qu'autour des plantes peu sensibles : arroche, roquette, carottes, betteraves et bettes, salsifis, etc.



Pour "leur faire les pieds", vous pouvez mélanger à votre paillage des matières coupantes et irritantes : coquilles broyées d’œufs ou d'huîtres, paille fine de lin, miscanthus, bambous ou roseaux, aiguilles d’épicéa (mais acidifiantes : à réserver aux fraisiers)...


Certains paillages repoussent, par l'odeur, les gastéropodes, et peuvent vous aider. Utilisez les gourmands de vos tomates (rien ne se perd au jardin !), de l'absinthe ou du souci en paillage autour des plants sensibles.



Enfin, une solution est de laisser courir les canards coureurs indiens dans le jardin. De leur fin et long bec, ils fouillent les paillages et en délogent tant les adultes que les oeufs de gastéropodes. Radical ! Et contrairement au poules qui grattent et mettent les parterres sens-dessus-dessous, ils ne dérangent pas tant que ça les paillages.




Vous avez aimé cet article ?

Retrouvez d'autres astuces écologiques pour gérer les limaces et escargots

dans mon livre édité chez Ulmer !


Voici les informations sur l'ouvrage.

En vous souhaitant beaucoup de plaisir dans votre jardin ! Sylvie




704 vues

Renai Cense

Sylvie La Spina 

Censes 9,

6661 Les Tailles

(Houffalize, Belgique)

renaicense@gmail.com 

Nous suivre sur Facebook

Découvrez aussi
Renai Cense Photographie
Nature - agriculture - patrimoine